Fête des sports d'Evry
Numériclé91 : clé de la réussite pour tous les collégien-ne-s de l’Essonne !
Visite des Décorés du travail de Corbeil-Essonnes à l'Assemblée nationale
Les vestiaires du stade de Villabé font peau neuve
Au forum social de la Fête de l'Humanité pour évoquer la Métropole du Grand Paris
Assemblée Nationale: À la tribune pour animer le groupe de travail sur le calendrier électoral
Fête des associations de Corbeil-Essonnes
Université d'été 2013 à La Rochelle: les socialistes mobilisé-e-s!
Fête des agents du Conseil général de l'Essonne
Explication de vote lors de la séance publique consacrée aux modes de scrutin départementaux
Commémorations de l'armistice, 11 novembre 2013
 
 
 

Communiqué

Communiqué de presse

Mise en examen de S. Dassault :

une nouvelle lueur d’espoir pour les Corbeil-Essonnois

Je viens d’apprendre par voie de presse la mise en examen de S. Dassault, maire de Corbeil-Essonnes de 1995 à 2009 et sénateur de l’Essonne, pour achat de vote, complicité de financement illicite de campagne électorale et financement de campagne électorale en dépassement du plafond autorisé concernant les élections municipales de 2008, 2009 et 2010 à Corbeil-Essonnes.

Cette décision intervient après les mises en examen de plusieurs proches de l’avionneur, soupçonnés d’avoir participé à la mise en place du « système » qui lui aurait permis, ainsi qu’à son successeur J.-P. Bechter, lui aussi dans le collimateur de la justice, de se maintenir au pouvoir à Corbeil-Essonnes.

Moins de quinze jours après une nouvelle défaite de la gauche face à S. Dassault et J.-P. Bechter aux élections municipales, c’est un soulagement pour les Corbeil-Essonnois et pour moi-même de constater que la justice poursuit sans relâche et en toute indépendance le travail qui permettra de faire éclater la vérité et de restaurer la République dans notre ville.

Depuis près de vingt ans, en dépit de la détermination de nos élus d’opposition qui se battent au quotidien face à une municipalité toujours prompte à museler les voix dissidentes, la démocratie et les valeurs qui fondent notre pacte républicain sont quotidiennement foulées au pied à Corbeil-Essonnes. Plongée dans une spirale de violence, de délation et de méfiance perpétuelles, notre ville a besoin de l’apaisement et de la tranquillité qui permettront le rétablissement du vivre-ensemble et du bien-être de chaque Corbeil-Essonnois.

Pour ma part, j’ai toute confiance dans nos institutions républicaines pour les garantir, et cette nouvelle étape est une lueur d’espoir supplémentaire pour tous ceux qui continuent de croire au changement à Corbeil-Essonnes.

 

Carlos Da Silva 

Communiqué de presse

Discours de politique générale du Premier ministre : redresser notre pays pour redonner confiance aux Français

Dans le discours de politique générale prononcé aujourd’hui devant la représentation nationale, le Premier Ministre Manuel Valls a ouvert une nouvelle étape du quinquennat de François Hollande en
définissant une trajectoire réaliste et ambitieuse pour la France.

Comme le Président de la République, il a entendu le message de souffrance, de crainte et d’impatience exprimé par les Français à l’occasion des élections municipales, et a choisi d’y répondre par des propositions concrètes pour leur permettre de vivre mieux. A la tête d’un gouvernement compact, resserré et solidaire, il a réaffirmé la volonté qui l’anime d’engager sans attendre le travail collectif. Il souhaite associer l’ensemble de la majorité à chaque étape de la mise en œuvre de la feuille de route tracée par le Président de la République.
L’action de ce gouvernement s’appuiera dès demain sur les objectifs ainsi définis par Manuel Valls : une politique de vérité, une volonté d’efficacité pour redonner confiance et espoir à nos concitoyens.
Pour y parvenir, des mesures concrètes et immédiates seront prises en faveur d’une baisse du coût du travail. A travers la suppression des cotisations patronales pour les employeurs de salariés au SMIC ou l’abaissement des cotisations Famille pour les salaires jusqu’à 3,5 fois le SMIC, les entreprises sont clairement encouragées pour gagner en compétitivité.
Recréer les conditions de la confiance, c’est aussi améliorer le pouvoir d’achat des salariés, notamment les plus modestes, par une augmentation du salaire net autour du SMIC de 500 euros par
an dès le 1er janvier 2015 et par une baisse de la fiscalité pesant sur les ménages les plus modestes.
Je veux à nouveau exprimer tout mon soutien à la politique ainsi définie et à l’ensemble du gouvernement, et ma volonté de participer pleinement, au sein de la majorité, à sa mise en œuvre et à sa réussite. C’est la condition du redressement de notre pays et de nos comptes publics, dans la justice sociale et en défendant à chaque étape l’efficacité de nos services publics fondamentaux, pour les Français les plus fragiles, pour les classes populaires, pour notre jeunesse qui est l’avenir et la fierté de notre pays.

Carlos Da Silva

Communiqué de presse

Elections municipales à Corbeil-Essonnes : plus que jamais, l’espoir est permis !

Pour la première fois, dans un sondage réalisé par l’Ifop et publié par iTélé, le rassemblement de  gauche, des écologistes et des Républicains que je conduis est donné en tête des listes opposées
à J.-P. Bechter.  Avec un total de 56% au premier tour, ces listes comptabilisent un score très supérieur au résultat  de l’UMP, qui perd 10 points par rapport au dernier scrutin à Corbeil-Essonnes. La gauche est  majoritaire, elle peut gagner.
J’y vois l’aboutissement de la dynamique engagée par mon équipe il y a une année, et qui a  permis aujourd’hui de fédérer l’essentiel des forces de gauche, les Socialistes, les Ecologistes, de  nombreuses personnalités du Front de gauche, le Parti radical de gauche, le Parti de Jean-Pierre  Chevènement et des citoyens républicains engagés pour redresser notre ville.
Seule la division fomentée par quelques-uns qui, à gauche, ont refusé de prendre part au  rassemblement, peut arrêter ce mouvement. Je ne m’y résous pas. Il faut que l’union s’élargisse.
Le rassemblement doit encore s’amplifier pour mettre fin au système frauduleux mis en place  par la droite à Corbeil-Essonnes.
La liste « Rassemblons-nous pour Corbeil-Essonnes » est la seule à même d’engendrer l’union qui  permettra de l’emporter face au système Bechter-Dassault et de mettre hors d’état de nuire une
droite à bout de souffle, dans le collimateur de la justice, et qui n’a plus rien à offrir à nos concitoyens.
L’enjeu est immense : j’appelle tous les Corbeil-Essonnois attachés aux valeurs de la République et au progrès à prendre part au rassemblement pour transformer ce sondage en réalité le 23 mars prochain et battre au second tour ce système qui a tant meurtri notre ville.

Carlos Da Silva

Communiqué de Presse

Levée de l’immunité parlementaire de S. Dassault : la justice se doit d’être implacable, la République doit retrouver ses droits à Corbeil-Essonnes

L’immunité parlementaire de S. Dassault vient enfin d’être levée, après deux refus et une troisième demande émanant de deux juges du pôle financier de Paris. Le coup politico-médiatique pitoyable de S. Dassault ne change rien. Il a tenté par tous les moyens de se soustraire à la justice et n’a cédé qu’aculé par une décision devenue inéluctable des sénateurs membres du bureau. Cette levée est une bonne nouvelle.

Je me félicite de cette avancée dans l’enquête menée par la brigade financière sur des soupçons de corruption, abus de biens sociaux, blanchiment et achat de votes à l’occasion des élections municipales de 2008, 2009 et 2010 à Corbeil-Essonnes. Elle vient s’ajouter au placement en garde à vue de cinq proches de S. Dassault le 15 janvier dernier et à la mise en examen de trois d’entre eux, dont son successeur à la mairie de Corbeil-Essonnes, J.-P. Bechter, et celle qui fut sa première adjointe, C. de Oliveira.

C’est là un pas de plus vers la vérité, et une nouvelle victoire de la justice de ce pays contre ceux qui pensent que l’argent peut tout acheter.

Elle intervient par ailleurs au lendemain de la publication, par le quotidien d’information Le Monde, d’un nouveau témoignage d’un « acteur clé du système Dassault » relatant les méthodes de recrutement de l’ancien maire dans les quartiers, et les distributions d’argent qui « [payaient] mieux que le trafic de drogues ou le vol de voitures ».

Enfin, avec ces révélations, la lumière est faite sur un système clientéliste et criminel qui a corrompu les esprits et semé la violence dans les rues de Corbeil-Essonnes, entraînant notre ville hors de la République.

Face à des agissements d’une telle gravité, la justice, qui a à présent les mains libres pour travailler en toute sérénité, se doit d’être implacable envers celles et ceux qui ont estimé que leur supériorité financière les plaçait au-dessus des lois auxquelles chaque citoyen est soumis.

Elle doit permettre de concrétiser l’espoir que, après tant d’années, Corbeil-Essonnes soit enfin débarrassée de cette clique mafieuse. Les Corbeil-Essonnois auront, le 23 mars prochain, une occasion de contribuer de façon décisive à la fin de ce système corrupteur. J’ai une confiance totale dans leur volonté de choisir celui qui saura rétablir la République et la démocratie dans notre ville.

Je m’engage à redresser cette ville dans le respect absolu du principe de transparence et en m’entourant d’une équipe municipale intègre et irréprochable. Ce n’est qu’ainsi que nous redonnerons à nos concitoyens confiance dans leurs élus et que nous parviendrons à rendre à Corbeil-Essonnes sa dignité et sa fierté.

 

Carlos Da Silva 

Communiqué de presse

Nouvelle demande de levée de l’immunité de S. Dassault : Mesdames et Messieurs les Sénateurs, la République a besoin de vous

Comme annoncé dans la presse, les juges du pôle financier de Paris ont déposé aujourd’hui une nouvelle demande de levée de l’immunité parlementaire de S. Dassault auprès du Parquet, dans le cadre d’une enquête portant sur des soupçons de corruption, abus de biens sociaux, blanchiment et achat de votes à l’occasion des élections municipales de 2008, 2009 et 2010 à Corbeil-Essonnes. Une fois validée, celle-ci sera examinée par le bureau du Sénat.

A deux reprises déjà, le travail de la justice et l’exercice de la démocratie ont été entravés par le refus des sénateurs de permettre que Serge Dassault soit entendu sous le régime de la garde à vue.

Alors que, le 17 janvier dernier, J.-P. Bechter, bras droit et successeur de S. Dassault à la mairie de Corbeil-Essonnes, ainsi qu’une de ses adjointes et un de ses hommes de main, ont fait l’objet d’une mise en examen, il est impératif que la justice puisse aujourd’hui poursuivre son enquête sans aucune obstruction.

J’en appelle donc solennellement à la conscience républicaine des sénateurs, et leur demande de faire preuve de la plus grande responsabilité en permettant, enfin, la levée de l’immunité de       S. Dassault.

Je demande également à son Président, Jean-Pierre Bel, de prendre toutes les mesures nécessaires pour garantir que le vote se déroule dans la plus grande transparence, conformément à ses déclarations sur le devoir d’exemplarité des parlementaires.

Comme tout citoyen, S. Dassault doit pouvoir rendre compte des actes qu’il est soupçonné d’avoir commis. Le rétablissement de la République et de la démocratie à Corbeil-Essonnes en dépendent.

 

 Carlos Da Silva 

Communiqué de presse

Mise en examen à Corbeil-Essonnes :

J.-P. Bechter doit se retirer de la vie politique, la gauche doit se rassembler totalement

Mercredi matin, J.-P. Bechter, Maire de Corbeil-Essonnes, était placé en garde à vue dans les locaux de la Division nationale d’investigation financière et fiscale dans le cadre de l’enquête portant sur des soupçons de « blanchiment, corruption, abus de biens sociaux et achat de votes ».
Après avoir été déféré devant des juges d’instruction ce matin, celui-ci fait désormais l’objet d’une mise en examen et d’un placement sous contrôle judiciaire. Il devra donc répondre devant la justice des accusations qui pèsent sur lui, à savoir, en complicité avec S. Dassault, la mise en place d’un système frauduleux et criminel à Corbeil-Essonnes, afin de s’assurer de sa réélection.
Une nouvelle fois, notre ville est pointée du doigt et stigmatisée, et ses habitant-e-s plongés un peu plus dans l’affliction et le désarroi. Cependant, malgré les tentatives d’obstruction, la police et la justice ont su faire preuve, dans cette affaire, d’une constance, d’une détermination et d’une exemplarité sans faille.
Au vu des charges qui s’accumulent et qui viennent étayer les soupçons qui pèsent sur lui depuis trop longtemps déjà, et bien que la présomption d’innocence doive être scrupuleusement respectée, j’en appelle aujourd’hui à la dignité de J.-P. Bechter face à ses concitoyen-ne-s. Peut-il être candidat à un nouveau mandat ? NON. Je lui demande solennellement de se retirer de la vie publique de Corbeil-Essonnes pour répondre de ses actes devant la justice.
Toute la gauche, tous les écologistes, tous les républicains doivent maintenant prendre leurs responsabilités. La division n’est pas possible. Nous devons nous présenter unis face à une droite totalement décrédibilisée. Nous devons, tous, allier nos forces pour permettre l’alternance et engager le redressement de la ville sans plus attendre.
J’en appelle, avec gravité, au rassemblement républicain le plus large possible.

Carlos Da Silva

Communiqué de presse

Placement en garde à vue de J.-P. Bechter : malgré le blocage du Sénat, la justice poursuit son travail

Ce matin, J.-P. Bechter, actuel Maire de Corbeil-Essonnes, homme de main et successeur de S. Dassault à ces fonctions, a été placé en garde à vue et entendu par les agents de la Division nationale d’investigations fiscales et financières à Nanterre, dans le cadre de l’enquête menée par le pôle financier de Paris au sujet de soupçons de « blanchiment, corruption, abus de biens sociaux et achat de votes » lors des élections municipales de 2008, 2009 et 2010.

Aucun-e républicain-e, aucun-e citoyen-ne corbeil-essonnois-e attaché-e aux principes démocratiques, aux droits et aux libertés de chacun-e, ne peut plus tolérer le climat délétère dans lequel notre ville sombre peu à peu, depuis que S. Dassault en a pris la tête en 1995.

MM Dassault et Bechter, par leurs agissements, par le vaste système frauduleux qu’ils sont soupçonnés d’avoir échafaudé, ont instauré le règne du clientélisme, du « tout s’achète » et de la peur dans nos rues, en déshonorant leurs mandats et en faisant chaque jour un peu plus reculer la République dans notre ville.
Aujourd’hui, la justice poursuit avec détermination son travail. Après un premier placement en garde à vue suite à des perquisitions dans les locaux de la Mairie de Corbeil-Essonnes en juin 2013,  J.-P. Bechter pourrait donc être étroitement lié au système en cause, puisque sa réélection en 2010 en serait le fruit. Après une première élection menée en 2008 avec S. Dassault invalidée pour « dons d’argent de nature à altérer la sincérité du scrutin », et une seconde en 2009 invalidée en raison de la confusion entrainée par son propre bulletin de vote, s’il s’avérait que le mandat acquis en 2010 découlait d’une manipulation, en plus d’être l’homme de paille du milliardaire, Jean- Pierre Bechter serait donc illégitime à diriger notre ville.

Le refus du bureau du Sénat, la semaine dernière, de lever l’immunité de S. Dassault, n’arrête pas la police et la justice qui poursuivent leurs investigations.
Comme une très grande majorité de mes concitoyen-ne-s, et dans leur seul intérêt, je souhaite que la vérité éclate et qu’enfin la République et la démocratie reprennent le pas sur le clientélisme à Corbeil-Essonnes dans les meilleurs délais. Seul l’établissement de la vérité permettra enfin qu’en mars prochain, nous puissions envisager un scrutin réellement libre.

Carlos Da Silva

Communiqué de presse

Serge Dassault : la République et la justice valent bien plus que vos milliards !

C’est avec beaucoup de soulagement et une grande satisfaction que j’apprends aujourd’hui que la direction centrale de la police judiciaire poursuit avec détermination son travail d’investigation dans les affaires liées à S. Dassault. Les enquêteurs ont ainsi procédé, ce matin, à pas moins de quatre perquisitions et cinq arrestations, à Corbeil-Essonnes et en Seine-et-Marne, chez des proches du sénateur.
Cela démontre la volonté de la justice de faire éclater la vérité, et ce malgré les manœuvres désespérées de S. Dassault pour l’en empêcher.
En effet, après avoir mis tout son poids mercredi dernier pour faire échec une deuxième fois à la demande de levée de son immunité parlementaire par le bureau du Sénat, le milliardaire propriétaire du Figaro, premier quotidien de France, utilisait celui-ci, hier, pour faire savoir qu’il se tenait à la disposition de la justice bien qu’ayant tout fait jusqu’à présent pour s’y soustraire.
La République et ses institutions, en poursuivant sereinement leur travail, manifestent leur refus de céder aux tentatives d’intimidation qui ont jusqu’à présent permis à S. Dassault et à son « système » de prospérer à Corbeil-Essonnes.
Je m’en félicite, et souhaite vivement que ces perquisitions permettent d’apporter des éléments concluants et de faire avancer l’enquête, pour qu’enfin justice puisse être rendue à toutes les Corbeil-Essonnoises et tous les Corbeil-Essonnois.

Carlos Da Silva

Communiqué de presse

Projet de loi de modernisation de l’action publique territoriale et d’affirmation des métropoles : un Grand Paris pour une grande région Île-de-France

Ce mardi 10 décembre, le projet de loi de modernisation de l’action publique territoriale et d’affirmation des métropoles revient en discussion à l’Assemblée nationale, où il sera examiné par les Député-e-s en seconde lecture.

Le texte porté par la ministre de la réforme de l’Etat, de la décentralisation et de la fonction publique, Marylise Lebranchu, aura des retombées majeure pour nos territoires, particulièrement pour l’Île-de-France à qui l’on a su accorder toute la place qu’elle mérite.

C’est pourquoi j’ai souhaité prendre toute ma part aux débats en première lecture afin de défendre l’idée d’un Grand Paris construit selon la logique d’un meilleur équilibre territorial. En introduisant notamment la possibilité de constituer des établissements publics de coopération intercommunale de 200 000 habitant-e-s en Grande couronne, nous voulons construire une Île-de-France unie, inclusive et dont tous les territoires avancent ensemble.

Au cours des discussions qui doivent reprendre demain, je continuerai de plaider pour cette vision d’une région métropolitaine polycentrique et inclusive.

Ma priorité, c’est de permettre à chaque Francilien-ne, qu’il habite le premier arrondissement de Paris, la Seine-Saint-Denis, les Hauts-de-Seine, l’Essonne ou le Val-d’Oise, de pouvoir bénéficier d’une offre de services publics optimale, d’un accès facilité à l’emploi, au logement, à des transports satisfaisants, à des biens culturels divers et de qualité…

Dans le cadre de cette seconde lecture à l’Assemblée nationale, je porterai inlassablement l’idée d’un texte qui incarne cette perspective de vivre mieux pour tou-te-s les Francilien-ne-s.

Carlos Da Silva

Communiqué de presse cosigné avec Luc Carvounas et Francis Chouat

Au-delà de l’émotion compréhensible que suscitent les conditions de reconduite à la frontière d’une jeune kosovare avec sa famille, la violence des attaques dont le Ministre de l’Intérieur fait l’objet est inacceptable.

Une enquête administrative demandée par Manuel Valls permettra dans les prochaines heures d’éclairer les circonstances exactes des faits.

Mais cela ne peut en aucun cas justifier que l’on remette en cause le respect de la loi et d’une décision de justice.

La loi s’applique dans des conditions radicalement différentes que du temps de la Droite. Elle veille en particulier scrupuleusement au respect des droits des étrangers qui font l’objet d’une mesure d’éloignement. La rétention des familles est devenue l’exception. L’école est un lieu sanctuarisé dans notre République contrairement à ce que la droite pratiquait hier. L’enquête en cours devra faire la lumière sur ce point précis.

Le Ministre de l’Intérieur  a renoué avec un politique de naturalisation conforme aux valeurs républicaines. Il a annoncé une grande consultation nationale sur l’asile pour redonner tout son sens à ce droit si nécessaire.

Ainsi il n’y a aucune raison que se développe une polémique à gauche qui aboutirait à remettre en cause la fermeté nécessaire dans l’application de la loi, qui garantit les droits et la dignité des personnes.

 
     
Permanence : 35 bis, rue Feray - 91100 Corbeil-Essonnes
Téléphone : 01 60 88 01 23 / Courriel : contactcarlosdasilva@gmail.com
 

Accueil - Ma bio - A mon sens - Revue de presse - Documents - Communiqués
Le fil quotidien - A Corbeil-Essonnes - Au Conseil général - A l'Assemblée - Au PS
Me contacter - Mentions légales