• Mieux rémunérées, mieux accompagnées : les nouvelles carrières enseignantes

Mieux rémunérées, mieux accompagnées : les nouvelles carrières enseignantes

PPCR_740px_585347

Mardi 31 mai, la Ministre de l’Education nationale Najat Vallaud-Belkacem a annoncé la mise en œuvre d’une réforme visant à revaloriser les nouvelles carrières enseignantes. Elle a confirmé que l’Etat allait leur consacrer 1 milliard d’euros supplémentaires d’ici à 2020.

Cette annonce d’une ampleur inédite s’inscrit dans la continuité de ce qui a été engagé depuis 2012 par le gouvernement en faveur du corps enseignant. Tout d’abord, comme l’a annoncé Manuel Valls début mai, l’indemnité de 400 euros pour les professeur-e-s des écoles créée par Vincent Peillon sera dès la rentrée 2016 alignée sur celle des professeur-e-s du second degré, c’est-à-dire 1200 euros.

Le nouveau plan de revalorisation des rémunérations des enseignant-e-s et d’amélioration du déroulement de leurs carrières lancé par la Ministre de l’Education nationale prévoit :

  • une première augmentation des salaires le 1er janvier 2017,
  • une seconde augmentation le 1er janvier 2019.

Ces améliorations se traduisent de manière très concrète. Par exemple :

  • lors de leur première année d’enseignement, les professeur-e-s gagneront d’ici 2020 1400 euros bruts de plus par an,
  • un-e professeur-e des écoles qui exercera dix ans en éducation prioritaire et deviendra directeur-trice d’école pourra gagner en fin de carrière 1000 euros de plus par mois qu’actuellement,
  • des professeur-e-s très engagé-e-s, notamment en éducation prioritaire, pourront bénéficier d’une accélération de carrière et accéder prioritairement à une « classe exceptionnelle» créée en septembre 2017.

De plus, la Ministre de l’Education nationale souhaite passer d’une gestion « technocratique » des enseignant-e-s à une gestion plus axée sur les ressources humaines, en instaurant par exemple quatre rendez-vous au cours de leur carrière pour faire le point.

Ces nouvelles mesures viennent compléter les avancées importantes déjà prises en faveur des personnels de l’Education nationale depuis le début du quinquennat. La gauche agit pour ses enseignant-e-s, avec notamment :

  • la création de 54 000 postes sur 5 ans dans l’Education nationale,
  • le rétablissement de la formation initiale,
  • la création de régimes indemnitaires pour les directeurs-trices d’école, les conseiller-e-s pédagogiques, les CPE…

Ceci constitue la dernière étape du grand chantier de revalorisation des carrières des enseignant-e-s. Les carrières doivent être mieux rémunérées, mieux accompagnées pour pouvoir rendre à ce métier toute l’attractivité et le respect qui lui sont dus. L’engagement de nos enseignant-e-s est extrêmement précieux pour notre pays, pour nos enfants et pour leur avenir.

Laisser un commentaire

Votre adresse mail est requise, mais n'est pas publiée *